Attributions causales et de responsabilité

feedback facial

Publié dans Attributions causales et de responsabilité

On doit ces expériences, datant de 2007 et 2009, à Mori et Mori.

Les auteurs font couler sur les joues de leurs sujets 20 millilitres d'eau, juste sous leurs yeux. Il s'agissait ici de simuler des larmes.

Dans une autre étude, les sujets avaient un ruban adhésif qui soulevait leur joues. Il s'agissait ici de simuler le sourire.

groupe     groupe

Groupe 1

simulation de larmes

   

Groupe 2

simulation du sourire

Les chercheurs montrent que les sujets du premier groupe déclarent ressentir de la tristesse à 54%, contre 29% qui déclarent ressentir de la joie.

En revanche, les sujets du second groupe déclarent à 57% se sentir joyeux contre 31% qui se sentent tristes.

Ainsi, tout fonctionne comme si les informations envoyées de manière manipulée au cerveau sont interprétées par les sujets comme sources de renseignements.

Mori, K., Mori, H (2009). Another test of the passive facial feedback hypothesis: When your face smiles, you feel happy. Perceptual and Motor Skills, 109, 76-78

Mori, K., Mori, H (2007). Another test of the passive facial feedback hypothesis: We fell sorry because we cry. Perceptual and Motor Skills, 105, 1242-1244

Qui est en ligne ?

Nous avons 135 invités et aucun membre en ligne

Soutenir le site

soutien