Catégorisation, stéréotypes et préjugés

Catégorisation et classes sociales

Publié dans Catégorisation, stéréotypes et préjugés

On doit cette expérience, datant de 1983, à Darley et Gross.

Ils proposent à leurs Sujets de visionner un film sur une fillette: "Hannah"

Les auteurs créent deux groupes suivant le film présenté:

Groupe1

Groupe2

Dans le premier extrait, on voit Hannah devant son école délabrée dans un quartier peu séduisant donc visiblement d'un milieu défavorisé Dans le premier extrait, on voit Hannah devant son école moderne dans un quartier résidentiel donc visiblement d'un milieu favorisé

Dans un second extrait, on voit les résultats d'Hannah à un test d'intelligence et sa performance est ambigüe. En fait, la tâche et la performance avaient été pré-testées de sorte qu'il était impossible de dire si Hannah réussissait bien ou mal.

Tous les sujets doivent ensuite évaluer les capacités et la performance d'Hannah.

Les résultats sont les suivants:

Hannah issue de la classe favorisée est jugée significativement plus performante que Hannah issue de la classe défavorisée.
Ainsi, le test d'intelligence était perçu comme plus difficile et la performance comme supérieure dans le cas de "la riche Hannah" que dans celui de "la pauvre Hannah".

Ici, la catégorie classe sociale active le schéma correspondant qui influence l'évaluation de la performance.
A noter: dans une première variante de l'expérience, seul le premier extrait était présenté (sans le second extrait sur le test d'intelligence), dans ce cas, on ne note aucune différence significative entre les jugements. En effet, cela découlerait du processus de dilution du stéréotype. Les sujets ne s'autorisent pas à juger sur la seule base de l'appartenance catégorielle (favorisé/défavorisé).

Darley, John M.; Gross, Paget H. A hypothesis-confirming bias in labeling effects. Journal of Personality and Social Psychology, Vol 44(1), Jan 1983, 20-33.

Qui est en ligne ?

Nous avons 83 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien