Catégorisation, stéréotypes et préjugés

Préjugés ethniques et travail

Publié dans Catégorisation, stéréotypes et préjugés

On doit cette étude, datant de 2005, à Rebzani.

L'auteur demande à 161 personnes occupant un emploi dans la fonction publique d'évaluer la valeur professionnelle de quatre personnes (dossiers fictifs).

Les sujets sont donc découpés en quatre groupes en fonction des dossiers proposés.
 
Les dossiers comportent les informations suivantes:

  1. L'origine ethnique de la personne à évaluer (Jean-François L. versus Mohamed B.)
  2. L'emploi occupé par la personne (animateur socio-culturel dans un quartier dit sensible versus employé administratif dans une banque)
  3. Rapport du supposé supérieur hiérarchique de la personne (globalement satisfaisant mais pas parfait)
Le plan de l'expérience est donc le suivant:
     

Personne d'origine maghrébine

"Mohamed B."

   

Personne d'origine française

"Jean-François L."

Emploi dit ethnique "animateur de quartier"
    Cas 1     Cas 2
Emploi dit classique "employé de banque"
    Cas 3     Cas 4


Les résultats montrent que l'évaluation de la valeur professionnelle de Mohamed repose sur des Préjugés ethniques quand ce dernier est dans la peau de l'employé de banque, alors que ce sont ses compétences objectives qui déterminent l'évaluation lorsque Mohamed est animateur.
A contrario, Jean-François est évalué sur ses compétences objectives dans les deux cas.

On voit mieux pourquoi les individus appartenant à des minorités ethniques ont parfois des difficultés à accéder à certains types d'emplois.

Mohammed Rebzani, « Emplois dits “ethniques”. Juge-t-on la valeur du personnel sur la base de préjugés ou de compétences professionnelles ? », Les Cahiers Internationaux de Psychologie Sociale 2005/2 (Numéro 66), p. 43-53.

Qui est en ligne ?

Nous avons 116 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien