Catégorisation, stéréotypes et préjugés

L'Effet rebond sur skinhead

Publié dans Catégorisation, stéréotypes et préjugés

On doit cette expérience, datant de 1994, à Neal et Macrae.

Il présente un texte à des sujets : l'histoire d'une journée normale d'un skinhead (la cible)

Les sujets sont répartis aléatoirement en 2 groupes :
  1. A un groupe il explique le stéréotype dont les skinheads font l'objet et demande aux sujets de ne pas l'utiliser.
  2. A l'autre groupe il ne dit rien (groupe contrôle).
L'auteur demande ensuite aux 2 groupes de poser un jugement sur la cible.

Il note que le premier groupe est tout à fait capable de réduire son utilisation du stéréotype.

Dans un second temps, il déclare avoir perdu les résultats et demande à ses sujets de refaire le test, mais, cette fois, il n'y a pas de rappel au 1er groupe concernant l'utilisation du stéréotype.

Le chercheur enregistre alors un "effet rebond". Le 1er groupe utilise le stéréotype plus que le groupe contrôle.

Tout se passe comme si le fait de réduire l'usage du stéréotype, avec succès dans un 1er temps, aurait rendu le stéréotype hyper-accessible.

L'explication de ces derniers résultats est difficile à interpréter. On peut s'imaginer que les sujets du premier groupe ont trouvé la première phase trop frustrante ou fatigante et qu'il se décharge ou se simplifie maintenant grandement la tâche par une utilisation abusive du stéréotype en question.

Ainsi et pour conclure, il suffirait de dire aux gens de ne pas utiliser le stéréotype mais il y a des chances qu'il revienne en force par la suite.

Out of mind but back in sight: Stereotypes on the rebound. Macrae, C. Neil; Bodenhausen, Galen V.; Milne, Alan B.; Jetten, Jolanda - Journal of Personality and Social Psychology, Vol 67(5), Nov 1994, 808-817.

Qui est en ligne ?

Nous avons 129 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien