Catégorisation, stéréotypes et préjugés

Jugement d'experts?

Publié dans Catégorisation, stéréotypes et préjugés

On doit cette expérience, datant de 2004, à Blair, Judd et Chapleau.

Les chercheurs présentent aux sujets des photographies de visages de personnes purgeant une peine d'emprisonnement.
Les sujets devaient dire en quelle mesure ils considéraient que le visage vu était représentatif d'une personne d'origine africaine.

Les auteurs disposaient des dossiers criminels des condamnés qu'ils ont soumis à des juristes. ces derniers devaient se prononcer sur les peines d'emprisonnements à attribuer pour chaque dossier.

A la différence des juges qui avaient vu le visage des criminels, les juristes, consultés pour l'expérience, n'y avaient pas accès.

Les résultats sont les suivants :

L'identité ethnique de la personne n'influence pas la peine d'emprisonnement attribuée par les juges. Cela s'explique par le fait que les juges américains sont bien conscients du fait que les préjugés raciaux pourraient avoir une influence sur les sentences. Ils y prennent garde et évite ainsi ce biais de jugement.

Cependant, ils sont inconsciemment influencés par la prévalence de traits africains dans les visages. En fait, plus un visage présente des traits africains marqués, plus les peines prononcées par les juges sont importantes (elles sont significativement plus importantes que celles préconisées par les juristes de l'expérience).

Ces résultats valent pour des personnes d'origine africaine mais également des personnes d'origine européenne.
Ainsi, la représentativité africaine du visage (plutôt que l'identité ethnique) biaise la décision des juges.

The influence of Afrocentric facial features in criminal sentencing. Blair IV1, Judd CM, Chapleau KM. Psychol Sci. 2004 Oct;15(10):674-9.

Qui est en ligne ?

Nous avons 62 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien