Catégorisation, stéréotypes et préjugés

Punition sur l'apparence et l'élocution

Publié dans Catégorisation, stéréotypes et préjugés

On doit cette expérience, datant de 1979, à Berkowitz et Frodi.

Les chercheurs demandent à 2 étudiants de punir un élève dès qu'il se trompe (lors d'une tâche d'apprentissage). L'élève est un Compère, la punition correspond à des bruits déplaisants. Les chercheurs vont prendre en compte l'apparence physique, d'une part, et le niveau vocal, d'autre part. Dans une première condition, l'enfant est enlaidi et dans une seconde condition, il est mis en valeur. Les auteurs croisent également une autre variable : dans un cas, l'enfant bégaie et dans un autre, il ne bégaie pas.

On a donc 4 conditions:
  1. Enfant "laid" + bégaiement

  2. Enfant "laid" + élocution normale

   
  1. Enfant "beau"+ bégaiement

  2. Enfant "beau" + élocution normale

Les résultats sont les suivants:

Lorsque l'enfant est "laid", les bruits déplaisants sont d'intensité plus élevée que lorsqu'il est beau.
Aussi, l'enfant qui bégaie est-il puni plus sévèrement que celui qui ne bégaie pas.
L'intensité la moins élevée se retrouve donc pour le groupe "beau" + élocution normale et la plus élevée se retrouve dans le groupe "laid" + bégaie.

Reactions to a child's mistakes as affected by her/his looks and speech. Berkowitz, Leonard; Frodi, Ann Social Psychology Quarterly, Vol 42(4), Dec 1979, 420-425.

Qui est en ligne ?

Nous avons 123 invités et aucun membre en ligne

Soutenir le site

soutien