Influence, engagement et dissonance

Mesure du seuil perceptif

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience datant de 1969 à Moscovoci.

L'auteur cherche à savoir comment la minorité peut-elle influencer la majorité.
Il va alors imaginer et réaliser l’expérience suivante.

Il va, avant tout, mesurer le seuil perceptif de chaque sujet. Il diffère selon les individus.
Il cherche à connaître le seuil perceptif de chacun qu’il trouve en demandant aux Sujets à partir de quel point il considère qu’une couleur verte vire au bleu.

 Vert  fleche seuil  Bleu

Moment où ça bascule: Seuil perceptif individuel

Le dispositif de l’expérience est le suivant :

On a 3 sujets naïfs pour un compère (qui donne des réponses fausses).

On projette au groupe de sujet des diapositives tantôt de couleur bleue, tantôt de couleur verte et ils doivent se prononcer.

On obtient peu d'influence directe (environ 10%) mais existe-t-il une influence différée dans le temps?

Après ces premiers résultats, l’auteur va casser les groupes et mesurer à nouveau le seuil perceptif de chaque sujet individuellement.

Moscovici constate une influence différée. En effet, le seuil perceptif du sujet change en fonction du compère de son groupe.

Cette influence semble produire des effets à long terme.
L’influence minoritaire (d’un seul compère contre 3 naïfs) semble fonctionner.

L’hypothèse explicative est la suivante :

La majorité du groupe est rassurée et sûre de ne pas être exclue. De ce fait, ses membres peuvent sans danger s’intéresser au contenu du discourt minoritaire (compère) et c’est à ce moment là qu’ils peuvent être influencés.

Moscovici S., Lage É. et Naffrechoux M. (1969): Influence of a consistent minority on the responses of a majority in a color perception. Sociometry, Vol. 31, N°4, pp. 365-380

Qui est en ligne ?

Nous avons 134 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien