Influence, engagement et dissonance

Appel à la peur et influence?

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience datant de 1953 à Janis et Feschbach.

Certains spots aux images violentes, réalisés par exemple par la sécurité routière, ont été fait en posant l’hypothèse qu’ils auraient un impact sur la conduite réelle des automobilistes.

C’est ce que les auteurs nomment l’« appel à la peur » dont on peut penser qu’il facilite la persuasion comme celle de rouler moins vite par exemple.

Ces auteurs ont monté une expérience afin de déterminer si l’appel à la peur facilite ou pas le processus d’influence.

Cette étude concernait l’hygiène dentaire.

Les chercheurs tentent de savoir comment faire le mieux passer aux gens l’idée qu’il fallait se brosser soigneusement les dents chaque jour afin d’éviter les maladies buccodentaires.

L’ensemble des participants devait livrer à l’expérimentateur leur attitude à l’égard des pratiques d’hygiène buccodentaire.

Ensuite, les sujets participants étaient répartis en quatre groupes :

groupe   groupe   groupe   groupe

Groupe 1

 

Groupe 2

 

Groupe 3

 

Groupe 4

Appel à la peur
important
 
Appel à la peur
modéré
 
Appel à la peur
minimal
 
Absence d'appel
à la peur
Les sujets de ce groupe sont exposés à un message effrayant: 71 terribles maladies, dues à une mauvaise hygiène dentaire, sont présentées (Photos dures)
 
Les sujets de ce groupe sont exposés à un message moyennement effrayant: 49 maladies légères, dues à une mauvaise hygiène dentaire, sont présentées (Dessins)
 
Les sujets de ce groupe sont exposés à un message peu effrayant: 18 maladies bénignes, dues à une mauvaise hygiène dentaire, sont présentées (graphiques)
 
Les sujets de ce groupe ne sont exposés à aucun message persuasif (groupe contrôle)

A la suite de ces présentations particulières, l'ensemble des sujets recevait des recommandations sur la meilleure façon de se brosser les dents.

Une semaine après, l’ensemble des sujets devait à nouveau répondre à la question concernant leur attitude à l’égard des pratiques d’hygiène buccodentaire.

Les résultats de l'étude sont les suivants:

resultat janis et feschbach

Les appels à la peur ne possèdent donc pas l’efficacité qu’on pouvait leur accorder de prime abord. Ce sont, en effet, les sujets qui ont été exposés aux messages ayant le moins recours à la peur qui changent le plus d’attitude.

Janis, I. and Feshbach, S. (1953) ‘Effects of fear arousal’, Journal of Abnormal and Social Psychology 48, 78–92)

Qui est en ligne ?

Nous avons 120 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien