Influence, engagement et dissonance

L'effet Asch

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience, datant de 1951, à Asch.


Son hypothèse de départ est la suivante :

Un individu est susceptible de faire sien un jugement qu’il sait contraire au bon sens, à la réalité et cela sans que quiconque n’ait à délivrer la moindre récompense ou punition.

La situation est simple et ne présente aucune ambiguïté ; tous les sujets sont capables de fournir la réponse exacte. En effet, les sujets devaient dire quelle baguette est équivalente à la baguette de présentation. Les erreurs doivent donc être quasi inexistantes ou marginales.

asch baguette

Mais le sujet va devoir donner sa réponse oralement après 7 à 9 compères qui fournissent de mauvaises réponses.

7 sujets compères: Ils sont de mèche avec l'expérimentateur. Ils vont fournir 12 fois/18 des évaluations de longueur erronées.    
sujet naïf: C'est celui qui n'est au courant de rien. Il pense participer à une tâche de Discrimination visuelle. Il donnera toujours sa réponse en avant dernière position.

Les résultats sont les suivants :

Les sujets naïfs, influencés par les compères vont donner en moyenne 36,8 % de réponses erronées.
Pour pouvoir comparer ; l’expérimentateur avait constitué ce qu’on appelle un groupe contrôle qui ne comportait pas de sujets compères ; dans cette situation les erreurs sont effectivement marginales avec seulement 2 sujets sur 37 qui montraient une ou deux erreurs sur les 18 évaluations.

Asch observe également de grandes différences entre les sujets ; sur 123, 29 ne font aucune erreur et 39 font plus de 50 % d’erreurs en présence de compères.
Le processus de conformité est ici mis à jour.

Dans cette expérience, on a:

    Une dépendance ou influence informationnelle induisant le conflit cognitif.

  • Importance numérique de la majorité
  • L’unanimité de la majorité
  • Support social ou consensus de la majorité

    Une dépendance ou influence normative :

Il y a conflit motivationnel, dans la mesure où le maintient réel ou symbolique dans le groupe est subordonné à l’adhésion aux normes, aux règles de ce groupe.

Asch, S.E. (1951). Effects of group pressure upon the modification and distortion of judgments. In H. Guetzkow (ed.) Groups, leadership and men. Pittsburgh, PA: Carnegie Press

Qui est en ligne ?

Nous avons 134 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien