Influence, engagement et dissonance

Le phénomène du "mort kilométrique"

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience, datant de 2000, à Leyens et Al.

Le phénomène du "mort kilométrique" correspond au fait que les médias accordent de l'importance aux victimes d'un drame en fonction de la distance qui les sépare du téléspectateur, auditeur ou lecteur.
L'auteur fait lire à des sujets belges un article relatant un incendie. On pouvait lire:

L'incendie a réveillé toute la rue. La maison des X brulait. Les pompiers se sont acharnés, parfois avec imprudence pour sauver les enfants. Les cris de la mère appelant son petit dernier étaient insupportables

L'auteur dit à la moitié de ses sujets que le drame s'est passé en Belgique et à l'autre moitié qu'il s'est déroulé en Grande-Bretagne, créant ainsi deux groupes.

Il demandait ensuite à tous les sujets de décrire ce que les victimes avaient pu ressentir.

Les résultats sont les suivants:
 
Pour les victimes supposées belges, les émotions les plus fréquemment citées étaient les suivantes:
Douleur, tristesse, colère, peur, chagrin, culpabilité, regret, désespoir.
Pour les victimes supposées britanniques, on retrouvait seulement les émotions douleur, tristesse, colère et peur.

Les auteurs constatent donc que les émotions attribuées aux victimes étrangères font partie des émotions dites "primaires" tandis que celles attribuées aux victimes belges sont également d'ordre secondaires (propre à l'homme).
Pour conclure, on prêterait inconsciemment plus de sentiments proprement humains aux personnes proches de nous.

Les auteurs parlent d'"infra humanisation": Le fait de n'accorder que des sentiments primaires aux personnes qui vivent loin de nous, dans d'autres pays ou communauté.

C'est la raison pour laquelle les médias accordent plus d'importance aux informations nationales auxquelles nous sommes plus sensibles.

Leyens, J-Ph., Paladino, P.M., Rodrigez-Torres, R., Vaes, J., Demoulin, S., Rodrigez-Torres, A., & Gaunt, R. (2000), « The emotional side of prejudice: the attribution of secondary emotions to ingroups and outgroups », Personality and Social Psychology Review, vol. 4, n°2, pp.186-197

Qui est en ligne ?

Nous avons 137 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien