Influence, engagement et dissonance

Humeur et persuasion

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience, datant de 1990, à Bless et Al.


Les chercheurs divisent leurs sujets étudiants en deux groupes selon la consigne proposée.

Ils demandent à la moitié d'entre eux de rapporter par écrit un événement agréable et à l'autre moitié un événement désagréable.

Ils créent ainsi un groupe d'humeur "positive" et un autre d'humeur "négative".

Les sujets étaient, par la suite, exposés à un message en faveur de l'augmentation des droits de scolarité.

Pour la moitié des sujets, ce message était fortement argumenté et pour l'autre moitié, il était peu argumenté.

On obtient ainsi quatre groupes

groupe     groupe     groupe     groupe

Groupe1

   

Groupe2

   

Groupe3

   

Groupe4

Humeur positive
   
Humeur positive
   
Humeur négative
   
Humeur négative
Message fortement argumenté     Message faiblement argumenté     Message fortement argumenté     Message faiblement argumenté

Les chercheurs mesurent ensuite les attitudes des sujets vis à vis de l'augmentation des droits de scolarité.
 
Les résultats sont les suivants:

Les sujets d'humeur négative étaient davantage influencés par le message lorsque celui-ci était fortement argumenté que lorsqu'il était peu argumenté. En revanche, ce facteur n'influençait pas les attitudes des sujets d'humeur positive.

Pour conclure, l'humeur négative amène les sujets à traiter l'information de façon plus systématique tandis que l'humeur positive a tendance à amener les sujets à traiter l'information de façon plus heuristique.

H. Bless, GL. Clore, N. Schwarz, V. Golisano, C. Rabe, M. Wölk. Mood and the use of scripts: Does a happy mood really lead to mindlessness? Journal of Personality and Social Psychology, 71, 665 - 679

Qui est en ligne ?

Nous avons 124 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien