Influence, engagement et dissonance

Préférences conditionnées

Publié dans Influence, engagement et dissonance

On doit cette expérience, datant de 1958, à Staats et Staats.

Les sujets regardaient des noms (néerlandais et suédois) et entendaient un mot (négatif ou positif) associés pour chacun.

Les auteurs divisent aléatoirement les sujets en deux groupes:
  1. La moitié des participants entendaient des mots négatifs associés aux noms néerlandais et positifs pour les noms suédois

  2. Et inversement pour l'autre moitié.

Chaque fois qu'un nom apparaissait à l'écran, l'expérimentateur lisait à haute voix le mot associé que le sujet devait répéter.
Leur tâche était de mémoriser les listes de noms et de mots.

On demandait ensuite aux participants d'évaluer les prénoms selon qu'ils les jugeaient plaisants ou déplaisants.

Les résultats vont dans le sens du conditionnement:
 
Les sujets préféraient les prénoms néerlandais aux suédois quand ils avaient été associés à des mots positifs et inversement, ils préféraient les prénoms suédois aux néerlandais quand ils avaient été associés à des mots positifs en phase de conditionnement.

Staats, A. W.; Staats, C. K. Attitudes established by classical conditioning. The Journal of Abnormal and Social Psychology, Vol 57(1), Jul 1958, 37-40

Qui est en ligne ?

Nous avons 261 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien