Les normes

Perception des personnes inconnues

Publié dans Normes

On doit cette expérience, datant de 1946, à Asch.

L'auteur propose à ses sujets une liste de traits concernant un individu fictif.

Après avoir pris connaissance de la liste, chaque sujet devra décrire la personne en quelques phrases. Puis, il devra remplir un questionnaire composé d'une liste de traits de personnalité. (il s'agit de dire si la personne fictive est généreuse ou non, si elle a bon caractère ou non...)

Il constate en premier lieu ce que les auteurs appellent l' « effet de primauté ».
C’est l’idée que l’impression que l’on va se faire d’une personne sera déterminée par «les premières caractéristiques données» au sujet de la personne.

Ainsi, l’ordre des traits de personnalité dans une liste donnée, va influencer l’impression globale que l’on se fait de la personne.
Si les traits positifs sont en début de liste, ils vont donner une coloration positive pour l’ensemble de la perception et inversement.

En effet, les sujets sont divisés en deux groupes où les traits proposés, qui sont strictement identiques, vont être présentés dans un ordre inversé:

Condition 1
Condition 2
Intelligent
Travailleur
Impulsif
Critique
Obstiné
Envieux
Envieux
Obstiné
Critique
Impulsif
Travailleur
Intelligent

Ainsi, un individu décrit comme intelligent et... envieux sera jugé beaucoup plus sympathique qu'un individu décrit comme envieux et... intelligent.

Les premiers traits semblent donner le ton et indiquent également comment comprendre les suivants.

En effet, lorsque les sujets doivent choisir parmi une liste de traits, ces derniers sont globalement beaucoup plus positifs dans la première condition. De plus, lorsqu'ils doivent produire une description libre de la personne, les mêmes termes changent de signification selon les conditions. Pour exemple, dans la condition 1, les sujets parle d'un sujet "obstiné" dans le sens où il a de la suite dans les idées, par contre, dans les sujets placés dans la condition 2 entendent "obstiné" par borné.

Pour conclure, on constate que les premières informations orientent la formation d’impression. On voit aussi que les traits en apparence isolés deviennent « solidaires ». Ainsi, la signification d’un trait dépend du réseau de traits dans lequel il est inséré.

L'auteur montre ici que l’impression se forme très facilement (à partir de peu d’information) et rapidement.

Ps: Un autre effet connu des chercheurs est « l’effet de recense » ; on retient davantage les traits qui sont en fin de liste.

Asch, S.E. (1946). Forming impressions of personality. Journal of Abnormal and Social Psychology, 41, 1230-1240.

Qui est en ligne ?

Nous avons 345 invités et aucun membre en ligne

Soutenir le site

soutien