Les normes

Générosité de classe

Publié dans Normes

On doit cette expérience, datant de 2010, à Piff, Kraus, Côté, Cheng, & Keltner.

Dotés de moins de ressources économiques, on pourrait imaginer que les individus de classe populaire privilégient leur propre intérêt et émettent moins de comportements prosociaux (générosité, aide).

Il semble pourtant que c'est l'inverse qui se produit.

Dans cette expérience, les auteurs ont demandé aux participants de répartir, entre eux et un partenaire inconnu, des points déterminant leur rémunération à la fin de l’expérience.
Les résultats montrent que les individus de classe populaire cèdent plus de points à leur partenaire que les individus de classe favorisée.

Il est important de noter que le caractère public ou privé du comportement prosocial nuance l’influence de la classe sociale.
En effet, dans une autre étude, datant de 2016, Kraus & Callaghan montrent que lorsque le comportement d’aide n’est pas public, on observe une plus grande générosité des individus de classe populaire. En revanche, en contexte public, les individus de classe favorisée se montrent plus généreux.
Il apparait alors que c’est le gain possible du point de vue de l’image de soi qui motiverait le comportement prosocial des individus de classe favorisée.

Piff, P. K., Kraus, M. W., Côté, S., Cheng, B. H. and Keltner, D. (2010). Having less, giving more: The influence of social class on prosocial behavior. Journal of Personality and Social Psychology 99: 771–784
Kraus, M. W. and Callaghan, B. (2016). Social Class and Prosocial Behavior The Moderating Role of Public Versus Private Contexts. Social Psychological and Personality Science 7: 769–777

Qui est en ligne ?

Nous avons 82 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien