Relations intergroupes

Biais pro endogroupe et ethnocentrisme

Publié dans Relations intergroupes

On doit cette expérience, datant de 1974, à Taylor et Jaggi.

Les sujets sont trente employés de bureau de religion Hindoue et ont entre 25 et 40 ans.

Après avoir décrit les concepts d’ "hindou" et de "Musulman" sur un série de 12 traits évaluatifs, les sujets devaient remplir un questionnaire sur lequel plusieurs description d’acteurs sociaux en situation étaient présentées.
Ils devaient imaginer qu’ils vivaient eux-mêmes ces situations d’interactions proposées et que les personnages dirigeaient leur comportement vers eux.

Les situations à imaginer étaient les suivantes :

Un acteur hindou adoptait un comportement socialement désirable envers le sujet (générosité)   Un acteur musulman adoptait un comportement socialement désirable envers le sujet (générosité)
     
Un acteur hindou adoptait un comportement socialement indésirable envers le sujet (vol)   Un acteur musulman adoptait un comportement socialement indésirable envers le sujet (vol)


Pour chacune des situations, les sujets devaient indiquer, en choisissant parmi plusieurs alternatives, les raisons susceptibles d’expliquer le comportement des acteurs:

  • certaines étaient des attributions de causalités Interne (exemple : « les commerçants hindous sont des gens généreux » ;  « les musulmans sont des voleurs »…),
  • d’autres renvoyaient inversement à des attributions de causalité externe (« l’acteur s’est soumis à des contraintes sociales en se conduisant comme il l’a fait »…).

Les résultats vont dans le sens des hypothèses et sont les suivants :

Le groupe d’appartenance est mieux traité que le groupe de non-appartenance.  Ainsi, les sujets Hindous font plus d’ attribution de causalité interne à propos des comportements socialement désirables et plus d’attribution de causalité externe pour rendre compte des comportements socialement indésirables de leur groupe. C’est l’inverse lorsqu’ils expliquent le comportement des sujets musulmans.

Ces résultats mettent en évidence le biais de complaisance en faveur de l’intra groupe et mettent en évidence que la notion d’ ethnocentrisme peut  apparaître sous la forme d’attributions à propos de comportements concrets dans des situations spécifiques.

Taylor, D.M., & Jaggi, V. (1974). Ethnocentrism and causal attribution in a South Indian-context. Journal of Cross Cultural Psychology, 5, 162-171

Qui est en ligne ?

Nous avons 105 invités et aucun membre en ligne

Soutenir le site

soutien