Relations intergroupes

Comportements inter-groupe et statut minoritaire

Publié dans Relations intergroupes

On doit cette expérience, datant de 1987, à Sachdev et Bourhis.

Les sujets sont des étudiants.

Ils devaient répartir des points dont l'obtention exemptait les étudiants d'un travail à rendre en cours.

Les chercheurs vont manipuler, de manière expérimentale, le statut de chaque sujet (faible ou élevé) et son pouvoir (0% ou 100%) afin de tester leurs hypothèses.

Ils procèdent donc de la façon suivante:

Pour manipuler le statut, ils font croire aux sujets, à la suite d'un test fictif de créativité, qu'ils faisaient parti du groupe ayant bien réussi la tâche (statut élevé) ou mal réussit la tâche (statut faible).

Pour faire varier l'appartenance des sujets à un groupe minoritaire, les auteurs font croire aux sujets qu'ils appartenaient à un groupe numériquement majoritaire ou au contraire minoritaire.

Pour manipuler le pouvoir, les sujets se retrouvaient dans un groupe qui pouvait contrôler, par ses réponses, la façon dont diverses ressources seraient attribuées à d'autres membres de leur groupe ou à d'autres membres de l'exogroupe. (groupe dominant). Ou à l'inverse, Les sujets se retrouvaient dans un groupe dont les réponses n'auraient aucune conséquences sur la distribution des ressources par l'expérimentateur (groupe dominé).

On peut schématiser les groupes comme suit:

Groupe 1

Groupe 2

Groupe 3

Groupe 4

Statut élevé

Groupe dominant qui a le pouvoir

Groupe dominé qui n'a pas de pouvoir

Groupe minoritaire Groupe majoritaire Groupe minoritaire Groupe majoritaire

Groupe 5

Groupe 6

Groupe 7

Groupe 8

Statut faible

Groupe dominant qui a le pouvoir

Groupe dominé qui n'a pas de pouvoir

Groupe minoritaire Groupe majoritaire Groupe minoritaire Groupe majoritaire

Les résultats de cette expérience sont les suivants:

Les sujets appartenant au groupe dominant (100% de pouvoir) adoptent un comportement plus discriminatoire que ceux appartenant au groupe dominé (0% de pouvoir). Un comportement proche se retrouve chez les sujets du groupe à statut élevé (comparativement à ceux appartenant au groupe à faible statut).
Cependant, l'appartenance des sujets aux groupes minoritaire et majoritaire ne semble pas avoir d'effet.

Les auteurs relèvent aussi l'effet d'interaction entre le pouvoir et le statut: Les individus de statut faible mais bénéficiant du pouvoir absolu ont des comportements très discriminatoires envers les membres de statut élevé mais sans pouvoir.

Pour conclure sur cette recherche, il semblerait que le pouvoir soit la variable la plus prédictive des comportements discriminatoires.

I. Sachdev, and R.Y. Bourhis. Status differenttals and intergroup behaviour. European Journal of Social Psychology Volume 17, Issue 3, pages 277–293, July/September 1987

Qui est en ligne ?

Nous avons 389 invités et aucun membre en ligne

Soutenir le site

soutien