Relations intergroupes

Unilinguisme et ethnocentrisme

Publié dans Relations intergroupes

On doit cette expérience, datant de 1993, à Guimond et Palmer.

Les auteurs postulent que les sujets bilingues, avec l'acquisition d'un second cadre de référence, pourraient avoir des jugements moins ethnocentriques.

Les chercheurs mesurent, en premier lieu, le degré de bilinguisme d'étudiants francophones et anglophones au moyen d'une auto-évaluation de leurs compétences personnelles dans la langue de l'autre groupe.

Ils demandent ensuite aux étudiants de préciser leur attitude à l'égard des anglophones et des francophones.

Les résultats sont les suivants:

Que les étudiants appartiennent au groupe francophone ou anglophone, les étudiants bilingues ne manifestent aucun favoritisme dans leur évaluation à l'égard d'un groupe.
Par contre, les étudiants unilingues démontrent un biais pro-endogroupe classique. Ils évaluent ainsi leur propre groupe plus favorablement.
Enfin, les étudiants estimant posséder des compétences linguistiques modérées se situent entre ces deux extrêmes. Ils manifestent bien le biais pro-endogroupe mais de façon moins importante que les étudiants unilingues.

Pour conclure, le bilinguisme semble donc s'associer à une diminution de l' ethnocentrisme .

Guimond, S., & Palmer, D.L. (1993). Developmental changes in ingroup favouritism among bilingual and unilingual francophone and anglophone students. Journal of Language and Social Psychology, 12, 318-351

Qui est en ligne ?

Nous avons 82 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien