Influence, engagement et dissonance

De l'influence minoritaire à l'innovation

Publié dans Influence, engagement et dissonance

Comment un individu ou une minorité peut-elle exercer une influence sur un groupe ou sur une majorité alors qu'ils ne jouissent pas d'une autorité suffisante et n'ont pas à priori la confiance des autres?

Généralement, les individus se conforment pour éviter de se distinguer. Ils rejettent l'idée de se voir associés à un individu ou à une minorité déviante. Dans ce contexte, comment expliquer l'innovation?
 
C'est Moscovici qui va initier les travaux sur l'influence minoritaire. Son ambition est d'offrir une théorie de l'influence qui puissent rendre compte des faits historiques tels que le développement du féminisme, la révolution copernicienne ou encore l'impact de Martin Luther King, Galilée, Nelson Mandela...

D'après Moscovici en 1985, "le grand tournant est le passage de la déviance à la minorité active".
Il ajoute: "Pendant très longtemps, un grand nombre d'individus étaient versés dans des catégories déviantes, étaient traités et se traitaient en tant qu'objets, voire en tant que résidus de la société normale. Depuis peu, ces catégories se changent en minorités actives, créent des mouvements collectifs ou participent à leur création. Autrement dit, des groupes qui étaient définis et se définissaient, le plus souvent, de manière négative et pathologique par rapport au code social dominant, sont devenus des groupes qui possèdent leur code propre et, en outre, le proposent aux autres à titre de modèle ou de solution de rechange. Par conséquent, il ne faut plus les compter parmi les objets mais les Sujets sociaux."
 
En 1979, Moscovici décrit les styles de comportements adaptés aux groupes minoritaires contre-normatifs:

  • L'investissement et la visibilité: La visibilité de l'implication est importante ainsi que la sincérité du sacrifice personnel et de la haute estime des buts poursuivis
  • L'autonomie: La conviction d'être libre de son choix et d'être à l'origine des idées avancées doivent être saillantes
  • La consistance: L’individu doit avoir des repères stables dans ses jugements et ses comportements
  • La rigidité: C'est la version "dure" de la consistance. Il faut adopté un modèle comportemental assuré pouvant parfois aller jusqu'à l'extrémisme
  • L'équité: Le comportement rigide pouvant entraîner le rejet, il est souvent nécessaire d'introduire de la réciprocité dans les relations où s’expriment les opinions divergentes.

Pour comprendre l'influence minoritaire, il faut se pencher sur le caractère inconscient des phénomènes d'Influence sociale en partant sur la notion de conflit.

Lorsque tout à chacun est confronté à une opinion qui diffère de la sienne, on éprouve un certain déplaisir. Les individus ont tendance à fuir ce type de tension et recherche le consensus. La majorité compte précisément sur ce malaise pour engendrer la conformité.

Cela étant, un individu ou une minorité qui a une opinion propre et qui veut exprimer un jugement neuf ne peut éviter le conflit.
C'est par le conflit qu'une minorité dissidente va insister sur ses idées, ses différences par rapport à la majorité. Elle va d'autant mieux le faire qu'elle va refuser tout compromis risquant de minimiser les différences entre elle et la majorité.

Par le conflit se met en place:

  • Les conditions d'une attention dans la mesure où le comportement ou l'idée qui le provoquent deviennent plus saillants dans le champ social.
  • Les conditions d'une écoute en exprimant une idée de manière consistante, en participant au débat public.

Le comportement ferme et confiant de la minorité instaure le doute, attire l'attention, signale l'existence d'un point de vu alternatif, démontre l'attachement de la minorité à sa position et annonce que le seul moyen de sortir du conflit consiste à prendre en considération son point de vue.
Pour Moscovici, la minorité force les membres de la majorité à se lancer dans un processus de validation dans le sens où elle oblige la majorité à analyser le contenu de son message de manière approfondie.

Pour Moscovici, une partie de la majorité est sensible aux arguments d'un individu seul ou d'une minorité soit parce que le discours correspond à celui auquel on a pu penser en privé, soit parce qu’ils chahutent les convictions existantes, soit parce que l'on est attiré par ceux qui ose braver les idées en place.

C'est dans ce cadre que Merton nous dit en 1961 "Agissant ouvertement plutôt que secrètement, et évidemment conscient qu'il s'attire de sévères sanctions du groupe, le non-conformiste tend dans une certaine mesure à s'attirer le respect, même si ce respect est enfoui sous d'épaisses couches d'hostilité déclarée et de haine chez ceux qui ressentent que leurs sentiments, leurs intérêts et leurs statuts sont menacés par les dires et les actions du non-conformiste."

Lorsqu'un individu se sait l'objet d'une influence, il éprouve un sentiment d'ambivalence. Cependant selon que la source d'influence émane d'une minorité ou d'une majorité, cette ambivalence n'est pas la même:

  • Face à une majorité, les individus expriment plutôt une attirance publique et une réserve ou une hostilité privée.
  • Face à une minorité, les individus peuvent éprouver dans le même temps une hostilité publique, une admiration, voir même une envie privée.

L'influence se déroule sur deux plans:

  1. Le plan du conflit conscient avec autrui
  2. Le plan du conflit plus ou moins inconscient avec soi-même

Quand un individu résiste sur le premier plan, il change sur le second et vice versa.
En fait, c'est en se défendant sur le plan conscient d'une influence qu'on augmente les chances d'être influencé sur le plan non conscient. Il s'agit donc d'un réel paradoxe puisque plus on résiste à un agent d'influence, plus on a de risque de lui céder sur le long terme.

On retrouve le concept d'influence latente et différée qui va bien à l'influence minoritaire. Le traitement de l'information suppose, préalablement à l'invalidation, l'ouverture au message et à sa compréhension. Pour invalider l'opinion adverse, il faut s'y pencher et la comprendre. Ce sont ces activités qui constituent le prélude à un processus d'intégration de l'information et d'appropriation des idées. 

Qui est en ligne ?

Nous avons 102 invités et aucun membre en ligne

Contact

Soutenir le site

soutien